«Pour la souveraineté et la dignité du peuple grec» (Alexis Tsipras, Athènes, samedi 27 juin 2015)

lagarde_grece.jpg27 juin 2015 | Par Dimitris Alexakis - Mediapart.fr
Dans la nuit du vendredi 26 au samedi 27 juin, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a
annoncé, dans une adresse au peuple retransmise par la chaîne de télévision publique
(ERT), la tenue d'un référendum sur les propositions faites à la Grèce par les "Institutions"
(FMI, BCE, Commission européenne) dans le cadre des négociations sur la dette. Traduction.
« Depuis 6 mois, le gouvernement hellénique se bat dans des conditions dʼasphyxie
financière inouïes pour mettre en oeuvre le mandat que vous lui avez confié à lʼissue des
élections du 25 janvier.
Un mandat qui nous enjoint de négocier avec nos partenaires pour mettre fin à lʼaustérité et
faire en sorte que notre pays renoue avec la prospérité et la justice sociale.
Un mandat qui nous enjoint de parvenir à un accord viable, respectueux de la démocratie
comme des règles de l'Union, et qui permettra à la Grèce de sortir définitivement de la crise.
Tout au long de cette période de négociations, on nous a demandé dʼappliquer les
mémorandums qu'avaient signés les gouvernements précédents, mémorandums que le
peuple grec a pourtant catégoriquement rejetés lors des dernières élections.
Mais nous nʼavons pas un seul instant envisagé de céder.
De trahir ― autrement dit ― votre confiance.
Après cinq mois de dures négociations, nos partenaires ont malheureusement abouti, lors de
lʼEurogroupe dʼavant-hier, à une proposition en forme dʼultimatum, un ultimatum adressé à la
démocratie grecque et au peuple hellénique.
Un ultimatum qui contrevient aux principes fondateurs et aux valeurs fondamentales de
lʼEurope, de la construction européenne.
La proposition faite au gouvernement fait peser sur le peuple grec de nouvelles charges,
intolérables, mine la société, sape tout espoir de reprise économique en perpétuant
lʼincertitude et en aggravant encore les inégalités.
La proposition des Institutions comprend des mesures conduisant à une dérégulation accrue
du marché du travail, des coupes dans les pensions de retraite, de nouvelles réductions de
salaires dans le secteur public ainsi quʼune augmentation de la TVA sur les aliments,
lʼhôtellerie et le tourisme ; les Institutions préconisent dans le même temps la suppression des
exemptions fiscales pour la Grèce insulaire.

(Article disponible en fichier attaché ou Lire la suite sur le site de Médiapart.)

Partager ce billet Partage

CafDv

Author: CafDv

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.


À voir également

kisskissbankbank.png

Un KissKissBankBank pour le peuple grec et faire la nique à Bruxelles

« Puisque le peuple grec souffre toujours des mesures d’austérité imposées par l’Europe, et que les...

Lire la suite