1er mois de combat : Joël Aviragnet ou l'art de la politique de ... la chaise vide (2e partie)

Dans la première partie de ce billet, nous vous avons proposé de scruter l'activité parlementaire de Joël Aviragnet durant le premier mois de la XVIe législature. Pour résumer, malgré la tambouille parisienne, Joël Aviragnet a bel et bien rejoint l'intergroupe Nupes. Il a choisi tout d'abord, de siéger ... (enfin siéger, c'est un bien grand mot ! ), on pourrait plutôt parler d'inscription au sein de la commission des affaires sociales. Mais il l'a quittée très rapidement pour celle du développement durable et de l'aménagement du territoire. En même temps, il y avait la loi de protection du pouvoir d'achat sur la table et " Jojo " n'avait pas l'air trop " chaud chaud ".

Enfin, qu'à cela ne tienne, au menu de la tambouille aujourd'hui :

  • La motion de censure
  • La commission du développement durable et de l'aménagement du territoire
  • Les deux projets de loi à l'étude (veille sanitaire et pouvoir d'achat)

 

3e round : La motion de " défiance " : pas de confiance !

 

Le 6 juillet 2022, peu après la déclaration de politique générale de la 1ère ministre Elisabeth Borne, Joël Aviragnet et 149 de ses collègues de l'intergroupe de la Nupes ont signé et déposé une motion de censure[1] en réponse à la volonté du gouvernement de ne pas se soumettre, comme à l'accoutumée, au vote de confiance du Parlement. Comme le dit le député du Comminges et du Savès : " Pas de dialogue, pas de confiance ". Nous n'avions pas encore de quoi nous prononcer sur ses qualités de combativité et de résistance mais le temps de l'esquive semble révolu.

 

Marine Le Pen, page Facebook
Marine Le Pen, page Facebook

Reste à savoir si le 11 juillet 2022, les autres groupes politiques se réclamant d'opposition voteront ou non cette motion de " défiance " à l'encontre du gouvernement. Car là est le but de cette manoeuvre : permettre à chaque député de se positionner clairement vis à vis de la politique générale du gouvernement puisque ce dernier ne leur a pas permis.

Nous y voilà, la motion a été soumise au vote de l'Assemblée nationale. Sans surprise, comme l'avaient précédemment annoncé le Rassemblement National et Les Républicains, les députés de ces deux groupes n'ont pas voté la motion.

Etonnant, pour deux formations politiques se revendiquant d'opposition à Emmanuel Macron !

Au total, seuls 146 député.e.s ont voté cette motion[2], parmi lesquels :

  • 75 député.e.s de La France insoumise (groupe au complet)
  • 25 député.e.s socialistes et apparentés (6 non-votants)
  • 23 député.e.s écologistes (groupe au complet)
  • 22 député.e.s de la GDR (groupe au complet)
  • 1 député non inscrit : Nicolas Dupont-Aignan

Malheureusement, cela n'a pas suffit car il fallait 289 votes pour que la motion soit adoptée. Pourtant, si l'on s'en tient aux déclarations des différents groupes politiques qui composent l'Assemblée nationale, la Nupes (LFI, PS[3], EELV-Genération.S et PCF) le Rassemblement National, Les Républicains et Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (LIOT) sont tous dans l'opposition. Cela représente 318 député.e.s, on pouvait donc s'attendre à ce que cette motion de censure soit adoptée. Cela aurait eu pour conséquence la démission du gouvernement Borne II mais aussi de contraindre Emmanuel Macron à composer un gouvernement davantage représentatif des résultats des élections législatives.

Néanmoins, il faut dire qu'au sein même de l'intergroupe Nupes, six député.e.s socialistes[4] ne l'ont pas votée. Parmi eux, bien évidemment, on retrouve notre champion local dont le fameux coup de l'esquive a encore frappé !

 

4e round : Les commissions permanentes :  " Jojo " l'écolo !

 

Jojo l'écolo sur le terrain

Jojo l'écolo sur le terrain

J'ai participé vendredi à l'inauguration de la centrale solaire à Marignac Laspeyres. Production d'énergie verte sur une ancienne carrière à ciment

Le 9 juillet, Joël Aviragnet fait son entrée dans la commission du développement durable. Au vu de sa publication sur Facebook, on peut dire qu'il n'a pas chômé. Il est déjà sur le terrain ! On peut y voir un signe annonciateur d'un engagement sans faille de sa part dans son nouveau combat : l'écologie. Cela tombe bien car le 13 juillet, la commission recevra le Haut Conseil pour le climat qui présentera son rapport annuel. En ces temps caniculaires, rien de mieux pour rafraîchir les mémoires !

Zut ! Une nouvelle fois, notre cher député n'était pas au rendez-vous. Qui sait ? Il a peut-être décidé de ne pas se rendre à Paris afin de commencer à réduire son bilan carbone en ne réalisant que le minimum de déplacements.

Le député du Comminges nous avait d'ores et déjà montré son art de l'esquive mais on ne lui connaissait pas encore ce talent caché qu'est l'anticipation. En effet, Joël Aviragnet aurait toujours un coup d'avance, comme le démontre son anticipation de la réunion du 20 juillet sur le thème de la sobriété énergétique. " Jojo " préfère peut-être les actes aux paroles interminables, ce qui expliquerait qu'il ne se soit pas rendu à cette réunion de commission ni aux précédentes.

Il y a fort à parier que ce soit le souci de la sobriété qui anime son activité parlementaire ! Au même moment, il y avait des scrutins importants au sein de l'hémicycle (loi sanitaire, budget et pouvoir d'achat). La sobriété impose des choix, Joël a peut-être fait celui de voter les lois plutôt que de les élaborer en commission.

 

 

 

 

5e round: " Jojo dans l'hémicycle "

Le 12 juillet 2022, on en est certain, la preuve est là : Joël est bel et bien en place dans l'hémicycle pour les questions au gouvernement (QAG).

Joël Aviragnet et Isabelle Santiago dans l'hémicyle

Joël Aviragnet et Isabelle Santiago dans l'hémicycle

De plus, il affirme :

 

je serai vigilant et exigeant vis et vis des actions du gouvernement ces prochains jours sur le pouvoir d'achat et la crise sanitaire

A bon entendeur !

Le même jour, avaient lieu les votes sur le projet de loi maintenant provisoirement un dispositif de veille et de sécurité sanitaire en matière de lutte contre la Covid-19.

Durant cette journée de débats, l'article 2 sur le recours au pass sanitaire aux frontières a été supprimé, un article sur l'obligation faite au gouvernement de rendre un rapport sur sa politique sanitaire depuis 2020 a été ajouté et adopté.

En bref, une journée parlementaire qui a permis à l'Assemblée de faire entendre sa voix et ses choix lors des 14 scrutins publics. Des député.e.s exigeant.e.s et vigilant.e.s vis-à-vis des actions du gouvernement.

Enfin pas tous !

Joël Aviragnet n'a participé à aucun de ces scrutins. Pas un vote pour, pas un vote contre, pas une abstention. Rien ! Dès lors, on est en droit de se questionner sur sa notion de la vigilance et de l'exigence.

 

 

Peut-être fera-t-il mieux lors des débats sur le projet de loi portant mesures d'urgence pour la protection du pouvoir d'achat ? Que ce soit sur ses professions de foi que vous trouverez dans le billet précédent ou encore dans ses déclarations sur les réseaux sociaux, le député a fait du pouvoir d'achat son combat. La question de la véracité de ses déclarations se pose alors qu'il a quitté la commission permanente en charge de l'étude de cette loi trois jours avant qu'elle ne commence ses travaux.

Le vote de ce projet de loi a été âpre, il a nécessité trois jours continus de débats et de scrutins entre le 18 et le 21 juillet 2022. Au total, cela représente 65 scrutins dont :

Le pouvoir d'achat, son combat
Le pouvoir d'achat, son combat
  • 49 amendements soumis au scrutin public. Le député a été absent 44 fois.

- Amendements N°844 de Mme Guetté (LFI) et N°94 de M. Leseul (PS) pour l'augmentation du SMIC a 1 500 euros nets. Absent !

- Amendement N° 95 de M. Leseul (PS) pour l'organisation d'une conférence nationale sur les salaires : Absent !

- Amendement N°3 de M. Pradié (LR) sur la déconjugalisation de l'AAH : Absent !

 

  • 15 articles de loi. Le député a été absent 14 fois.

- Article 5 sur la revalorisation des prestations sociales et les 6 amendements relatifs à l'article proposé  : Absent !

- Article 6 sur l'encadrement des loyers et les 7 amendements relatifs à l'article proposé : Absent !

 

  • 1 vote sur l'ensemble de la loi et il était présent. Ouf ! Joël Aviragnet s'est enfin positionné pour défendre les Commingeois et les Savésiens. Loupé, il s'est abstenu !

Pour résumer, sur les 65 scrutins publics concernant la loi de protection du pouvoir d'achat, le défenseur du Comminges et du Savès a été absent 58 fois. Mais soyons justes et impartiaux, il serait faux de dire que Joël Aviragnet n'a absolument rien fait. Il a tout de même participé à 7 scrutins publics lors desquels il a soutenu 5 amendements sur l'encadrement de la prime de partage de la valeur ajoutée. Les amendements n'ayant pas été adoptés, il a logiquement voté contre l'instauration de cette prime. Malheureusement en vain !

 

1er mois de combat ! Bilan

 

Appréciation générale

Présence en commission : absentéisme chronique (4 absences sur 4 réunions)

Présence dans l'hémicycle: insuffisante (73 absences sur 80 scrutins)

Commentaire : Joël Aviragnet dispose de qualités indéniables comme l'esquive et l'anticipation. Aussi, Joël semble plus à son aise dans les combats locaux, comme le démontrent ses publications sur les réseaux sociaux (visite de la centrale solaire, cérémonie du 14 juillet, présence sur les marchés ...). Une éventuelle ré-orientation vers des mandats locaux est à envisager ...

 

Toutefois, dans son communiqué du 20 juillet, il semble reconnaître son besoin de soutien des citoyens pour l'aider dans l'élaboration de propositions de loi. En effet, il souhaite organiser dès la rentrée des débats ouverts à tous pour le soutenir et l'épauler dans son mandat de combat. Nous ne pouvons rester indifférents à cet appel.

 

Jojo appelle à l'aide

Jojo appelle à l'aide

 

Nous, rédacteurs du café politique, prenons congé durant les premières semaines du mois d'août. Rendez-vous fin août pour un nouveau billet sur le deuxième mois de combat de notre député, Joël Aviragnet.

 

Bon mois d'août à vous.

Le café politique

 

Note(s)

  1. ^ La motion de censure de l'intergroupe de la NUPES (https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/16/dossiers/motion_censure_lfi_gdr_ecolo_soc_1)
  2. ^ Analyse du scrutin du 11 juillet 2022 quant à la motion de censure (https://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/16/(num)/1)
  3. ^ Nous avons choisi de ne pas indiquer les déclarations politiques des insoumis, des écologistes et des communistes car ces derniers ont tous voté la motion contrairement aux socialistes
  4. ^ Joël Aviragnet, Bertrand Petit, Dominique Potier, Valérie Rabault, Hervé Saulignac et Cécile Untermaier

Partager ce billet Partage

lecafepolitique

Author: lecafepolitique

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Bulletins de vote 1er et 2ème tour

Joël Aviragnet : un mandat de combat !

Joël Aviragnet, réélu député du Comminges et du Savès.

Lire la suite