Psychasoc : un article de Benasayag "l'invasion des petits chefs"

livrePsychanalyse et contes de fées ? Terrible conte des faits plutôt dans ce texte du philosophe et psychanalyste Miguel Benasayag, paru dans "psychasoc" [1], sur les méthodes de ces "personnages" médiocres, réformateurs zélés et obtus qui défont plus qu'ils ne font, à tour de bras. En matière de fées, il y en a pas mal de mauvaises.

Halte aux méthodes du néomanagement !

"L'invasion des petits chefs gestionnaires"

Dans cette époque rude et désenchantée, si la vie quotidienne de beaucoup d'entre nous se révèle de plus en plus sombre, il faut avoir conscience qu'il ne s'agit pas là d'un fait du hasard, d'une fatalité tombée du ciel.

La dureté des temps (souffrance au travail, isolement, fatalisme, dépression) est chaque jour renforcée par l'action de personnages dont la médiocrité et la terne banalité contrastent avec l'intensité du mal qu'ils font. Petits hommes gris à la Simenon, ils représentent la matérialisation finale du cauchemar imaginé par Robert Musil dans L'Homme sans qualités (Seuil, 1979). Ces agents de la tristesse opèrent dans des domaines de plus en plus étendus, mais il en est certains où leurs méfaits sont assez récents et particulièrement choquants : l'éducation et la santé en font partie.

Ils se présentent en général comme des "managers", des gestionnaires d'un nouveau genre et viennent prendre la place des "anciens" dans des établissements scolaires, des hôpitaux, des centres médico-psycho-pédagogiques, des instituts médicaux-éducatif (IME), etc.

Ordinateur et pointeuse en poche, ils ont pour mission d'apurer les comptes et de "remettre au travail" le personnel. Avec eux, plus de "feignants", d'"assistés", de "privilégiés" (certains ont dû télécharger récemment le portrait de Laurent Wauquiez en fond d'écran...). Ils appliquent le règlement, tout le règlement, rien que le règlement.

Or dans ces endroits singuliers où l'on soigne et où l'on apprend, l'essentiel se passe justement à côté du règlement . Pas contre, mais en dehors. Dans un hôpital, dans un centre psy, la qualité des soins dépend avant tout de la relation avec le patient. Elle passe par l'écoute, le dialogue, le regard, l'attention, et le pari partagé. Une minute peut valoir une heure, une heure une journée, une journée une vie. Aucun logiciel ne peut traiter ce genre de données. ./.

Texte à lire dans son entier sur psychasoc.

Notes

[1] (Institut européen de psychanalyse et travail social), article du 07 novembre 2011

Partager ce billet Partage

Verveine, serveuse en Terrasse,

Author: Verveine, serveuse en Terrasse,

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Documentaire en hommage à Luis Sepúlveda

Chers, chères camarades et ami.es, Je vous invite à regarder ce documentaire...

Lire la suite

affiche_improbable_salon_A3.jpg

Improbable salon du livre de Luchon

Après quelques péripéties et organisé en peu de temps, c’est parti pour cette première édition qui...

Lire la suite