Pyrénées - Alpes 2022 / "La Caravana Abriendo Fronteras" (la caravane qui ouvre les frontières)

L’an dernier, en juillet, la commission transfrontières du réseau d’accueil aux zapatistes avait co-organisé avec les compas d’Aragon une manifestation pour l’ouverture des frontières au col de Bielsa.
Cette année, la Caravana Abriendo Fronteras (la caravane qui ouvre les frontières), organisée par un collectif d'une quarantaine d'organisations de la péninsule ibérique, est partie d'Irun ce vendredi 15 juillet et se terminera neuf jours plus tard, le 24 juillet, à Barcelone après avoir traversé les Alpes.

Des mobilisations en défense des travailleurs migrants sont prévues en cours de route. Les frontières intérieures européennes qui, au siècle dernier, étaient clandestines pour ceux qui ont fait face aux régimes totalitaires européens, sont à nouveau clandestines pour ceux qui font face aux politiques migratoires, économiques et commerciales de l'UE. Dès lors, le fil de la mémoire conduira le voyage de cette caravane.

De la frontière intérieure du Pays Basque, la caravane visitera des lieux de mémoire comme le camp de concentration de Gurs, à côté d'Oloron, un camp de réfugiés construit en 1939 dans lequel plus de 5 000 Républicains, d'origine basque pour la plupart d'entre eux, ont été emprisonnés (mais aussi de très nombreux combattants internationalistes de la Guerre d’Espagne) et qui, à partir de 1940, devint un camp de concentration pour plus de 14 000 Juifs qui finirent gazés à Auschwitz et Birkenau.

Arrivée le 17 à Bielsa, il y eut un hommage à l'exil républicain et des visites au Museo de La Bolsa car Bielsa est un lieu emblématique de la Guerre civile espagnole : c’est là que l’Armée Républicaine du Front d’Aragon se replia en mars-avril 1938 après avoir dû abandonner ses positions entre Huesca et Barbastro sous le déluge de feu de l’offensive aérienne fasciste. Elle protégea l’exode des populations en fuite vers les cols pyrénéens et la France en se fortifiant dans cette haute vallée du Cinca où elle tint 2 mois avant de passer elle-même les cols avec armes et bagages. Dans cette dernière zone libre de l’Aragon, connue comme « la Bolsa de Bielsa » (la Poche de Bielsa), s’est donc déroulé un épisode héroÏque de la résistance au fascisme : et les organisateurs de la Caravana Abriendo las Fronteras tenaient à rappeler ce moment. Une table ronde, après le rassemblement chantant devant le Monolithe aux Résistants, faisait le lien entre ces exilés d’hier et ceux d’aujourd’hui, lesquels étaient invités à raconter à leur tour leur histoire : ce qu’ont fait successivement un Sénégalais et un Palestinien.

La chorale Rojinegra (du Comminges) invitée par la Caravana à Bielsa, a chanté lors de la cérémonie d’hommage sur la place du village, mais aussi le soir et le lendemain matin : elle a

célébré, avec le renfort des voix de dizaines de marcheurs de la caravane, l’internationalisme et la fraternité, lançant des chansons en espagnol, en français, en occitan, en catalan, en italien, en portugais, en anglais et en quichua.

Le lundi 18, la caravane Pyrénées Alpes repartait en direction de la Catalogne du nord à Perpignan où une manifestation a eu lieu dans le centre-ville avec des membres de la plateforme et du groupe solidaires des personnes migrantes, jusqu'à la mairie gouvernée par l'ultra-droite. L'événement était accompagné d'appels à l'ouverture des frontières européennes et de droits pour tous, de chants contre les politiques d'immigration meurtrières et de chants antifascistes. Comme l'expliquent les Solidarios, bien qu'elle soit gouvernée par l'extrême-droite, Perpignan est une ville de solidarité.  La Maternité d'Elna est un autre des points d'intérêt de la tournée. Fondée en 1939 par une infirmière suisse, elle a permis de donner naissance à 597 bébés ; leurs mères étaient des réfugiées espagnoles arrivées avec la Retirada de février 1939. À cette date, la Catalogne se vide de ses habitants et des centaines de milliers de personnes fuyant la barbarie franquiste passent la frontière... pour être ignominieusement parquées en plein vent d’hiver sur les plages des Pyrénées Orientales, derrière des barbelés. Certaines femmes prêtes à accoucher pourront, sur les démarches insistantes d’Elisabeth Eidenbenz, cette infirmière suisse, être accueillies à Elna..

La journée s'est terminée par un dîner solidaire avec les habitants réunis suivi d'un concert.

Prenant la direction du Val de Suse, à la frontière franco-italienne, elle fera halte au passage également aux mémoriaux des camps de concentration d'Argelès et de Rivesaltes.

Puis, direction le Val de Suse et Turin du 20 au 23. En passant par la frontière franco-italienne des Alpes, la Caravane s'arrêtera à des endroits tels que le refuge de Massi et Clavière. La neige et les montagnes d'une part ... et les militants xénophobes en font une route migratoire particulièrement dangereuse.

Enfin, ce sera le retour sur Barcelone le dimanche 24 juillet.

Ci-dessous un reportage de BFM Alpes du 22 juillet 2022

 

Site de référence de la Caravana Abriendo Fronteras, ICI.

Site de Ekinklik Argazkiak, un des co-organisateur de la caravane, reprenant entre autres des diaporamas photo.

Et ci-dessous, quelques photos avec nos copains du Comminges, piquées sur leur site.

   

   

 

   

 

   

 

   

   

   

 

     

     

 

   

    

   

 

 

Partager ce billet Partage

CafDv

Author: CafDv

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Saléchan / expo "Ils sont partis" du 13 juillet au 16 août

EXPOSITION “ILS SONT PARTIS” Catherine Abeille et Pervenche Pierrillas du 13 juillet au 16 août...

Lire la suite

Dimanche 20 juin au Régent / La Jungle et la République

Que s'est-il passé dans le village basque de Baigorri ? Quel impact la présence de migrants venus...

Lire la suite