Samedi 15 novembre à 15 h - manifestation devant le CRA de Cornebarrieu

1920528_10205136664719516_5638026245432653025_n.jpg

Les Centres de Rétention sont l’outil principal de l’État dans sa politique de harcèlement, de déshumanisation et d’expulsion des étranger-es jugé-es indésirables. Celui de Cornebarrieu, situé au 14-16 Avenue Latécoère, le long de l’aéroport, est une prison spéciale pour étranger-es, dont le seul crime est d’être nées ailleurs.

ob_03c015_cra-6c8d0.jpg

En 2012, 44 000 personnes ont été détenues par l’État français dans des Centres de Rétention Administrative (CRA) répartis dans tout le pays. Cela veut dire que des milliers de personnes, dont des familles avec des mineurs, sont enfermées et entassées dans des lieux de « privation de liberté ».

Depuis des années, les associations d’aide aux migrant-es alertent l’opinion publique quant aux nombreuses atteintes à la dignité humaine et aux violences physiques et morales qui touchent les personnes enfermées dans les CRA et les zones d’attentes situées dans les aéroports, (les différents rapports d’associations sont éloquents à ce propos). Ils sont souvent éloignées de force du territoire français après leur détention (56000 « éloignements » en 2012 ).

Cette violence institutionnelle entraîne des suicides et d’autres actes désespérés comme des grèves de la faim, des mutilations, mais aussi des actions de protestation de la part des enfermé-es qui se révoltent contre leurs conditions de vie et les maltraitances policières subies dans les CRA. Plus que l’expulsion, certain-es risquent également la mort : le 21 août dernier, c’est un retenu du CRA de Vincennes qui est tué par la police pendant son transfert à l’aéroport.

Nous rappelons que les migrant-es sont des personnes fuyant des conditions d’existence désastreuses ou qui tout simplement cherchent à vivre une autre vie .

Nous rappelons qu’au 19ème siècle des millions d’européen-es ont immigré aux quatre coins du monde, fuyant la misère du « vieux continent ».

Nous rappelons que la richesse économique des pays occidentaux est aussi basée sur le pillage et l’exploitation des ressources et des populations dont sont originaires les migrant-es.

Les lieux d’enfermement, dont les CRA, servent le système capitaliste dans ses besoins de gestion des populations. Ils font partis du business sécuritaire financé par l’Europe et soutenue par des entreprises nationales/multinationales qui en tirent un profit faramineux. Les CRA, comme les autres lieux d’enfermement, sont des conséquences de la barbarie étatique et capitaliste (la militarisation des frontières a entraîné la mort de 3 500 personnes ces trois dernières années selon Amnesty International).

LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION POUR TOUTES ET TOUS ! OUVRONS LES FRONTIÈRES ! FERMETURE DES CENTRES DE RÉTENTION ! REFUSONS LES EXPULSIONS !

Un départ en covoiturage est proposé depuis le parking-relais du métro Borderouge (RDV samedi à 14 h à ce point de rencontre).

Départ cortège prévu 14 h 30 parking Intermarché de Cornebarrieu (à quelques centaines de mètres du CRA).

N'hésitez pas relayer cet appel.

Participent pour l'instant à cet appel : Cercle des Voisins du CRA de Cornebarrieu, CLIC Sans-Papiers, RESF65, RESF32, La CLIME (Collectif de Lutte et d'Information Migrant.E.s), la CREA.

Téléchargez et diffusez le tract de la journée de mobilisation !

Mobilisation-contre-expulsions-devant-CRA-Cornebarrieu.jpg

Sites à consulter

- CLIC Sans-Papiers

- Blog du Cercle des Voisins

- Page Facebook

Partager ce billet Partage

CafDv

Author: CafDv

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.


À voir également

#DeconfinonsLeursDroits ! - 18 déc / rassemblement et manifestation à 18h place Arnaud Bernard à Toulouse

A Toulouse comme ailleurs, familles sans papiers, exilé.e.s, réfugié.e.s, subissent comme nous la...

Lire la suite