S/ces Publics, loteries, couleuvres et indigestion...

       Cette loi sortilège, désincarnée et comptable, ce poison qui endort, nous l'avons déjà évoqué, se réalise dans l'Éducation au nom, entre autres fléaux, des économies équitables, de l'INTOUCHABLE DGH 1, du REDÉPLOIEMENT des troupes sur l'ensemble de la région (puis du territoire) pour pallier les manques criant d'un côté, sans souci d'un autre côté, des déséquilibres restants.
    Cette sainte DGH notamment, est une vraie catastrophe, un instrument de purge d'une redoutable efficacité, un garrot rendant exsangue le corps enseignant et lui ôtant toutes ses forces : visant à imposer des taches et corvées toujours plus éloignées du champs de ses compétences, à entraver toute velléité d'invention, à réduire tout espace de recul et de réflexion, à isoler chaque membre de ce grand corps étouffé en le faisant travailler plus sans rien gagner
, à défaire les équipes pédagogiques en éclatant les personnels. La roulette russe c'est l'impossible choix du fonctionnaire qui ne peut plus fonctionner.

    Ainsi aussi, il y a quelques années, les  ex-agents-Education Nationale ont été abandonnés aux collectivités territoriales par économie sur le dos du mammouth. Abandon. Quand on change une ampoule, l'ordre de mission émane d'un cadre invisible et installé bien ailleurs. Quand un agent est malade il n'est pas remplacé et les poubelles s'entassent.

        Tout cela est identique dans toute la fonction publique : ce sont les mêmes lois économiques qui procèdent aux mêmes réductions des effectifs et des missions de tous les autres services publics de France et de Gascogne, qui imposent la rentabilité à des systèmes autrefois fondés sur l'égalité, et la gratuité. Le fonctionnaire, pieds et poings liés, est livré au citoyen mécontent sous le regard de l'État méprisant. Car "qu'importe les qualités des serviteurs quand un bon maître fait défaut."

    L'unique but de cet état ponctionnaire est de ne pas engager un cent pour les services publics, tout en donnant, à l'ensemble des utilisateurs, une apparence de fonctionnement encore "acceptable".
    Il se base sur la croyance implicite en l'imbécilité de l'usager. Un incapable idiot, baladé dans le Casino Public, qui ne ferait pas la différence entre payer moins d'impôts et ne plus obtenir les services de l'Hôpital, de la Poste, de l'École, de la Gendarmerie, de la SNCF, dans son village ou son canton.
Un
incapable idiot qui ne ferait pas la différence entre l'épicier qui lui vend un timbre et le postier qui lui remet un mandat en l'invitant à rencontrer son conseiller; entre la clinique qui le renvoie aux urgences, et les urgences qui l'acceptent pour toute blessure; entre le prof qui enseigne et éduque et l'adulte lambda qui assure une présence et un gardiennage; entre des bâtiments publics vides et des fonctionnaires au travail. Un usager idiot qui prendrait les mues desséchées pour un corps vivant, les vessies pour des lanternes.

    Mais peut-être qu'aujourd'hui, l'usager, et son service public, ont une indigestion des couleuvres, et ne veulent plus qu'on les prennent pour des imbéciles et qu'on les joue à la roulette ?


Martin Pech
Le Cafeteur des Vallées

1 Dotation en heures pour chaque établissement

Partager ce billet Partage

Martin Pech, Le Cafeteur des Vallées,

Author: Martin Pech, Le Cafeteur des Vallées,

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Jean-Michel Jean-Michel ·  27 août 2009, 21:53

C'est assez marrant comme raisonnement car j'ai voulu accéder à un BTS d'un établissement réputé (public) sur Paris et les enseignants m'ont refusé parce que je venais de Bac Pro (que eux-même enseigner).

On balaie devant sa porte avant ! Les établissements scolaires en France sont les premiers lieux de discriminations !

Geneviève Geneviève ·  31 août 2009, 12:13

Oui euh Bonjour J-M :-)
Je n'ai pas compris votre commentaire par rapport au sujet.
A part ça je vois qu'il y a un souci avec votre orientation scolaire.

Vous écrivez "que eux-même enseigner"; serait-ce :
qu'eux-mêmes enseignaient ?
Si tel est le cas, un passage en classe M.A.N "Mise à niveau" a dû vous être recommandé ? Ce sont de très bonnes classes et les élèves, souvent de sacrés bosseurs, en sont satisfaits. Je vous invite à vous y diriger.

Concernant les discriminations, demandez-vous d'abord d'où viennent les ordres et les moyens ? et relisez l'article.
Bon courage pour la suite de vos études. :-)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

L'avenir de l'ONF (et de la forêt) est en jeu

Filialisation des activités concurrentielles - Les secrétaires généraux de l’ensemble des...

Lire la suite