Ah non ! Chez moi, on ne mettra pas de drapeau bleu-blanc-rouge à la fenêtre !

badge-quelle-connerie-la-guerre-.jpg          Quatre ! Hier, au Parlement, il n'y a eu que quatre voix – et chez les députés seulement - pour s'opposer au fait de donner l'autorisation au gouvernement de prolonger ses frappes en Syrie. Et encore, il convient d'en décompter deux, un député PS s'étant trompé de touche pour lui-même et pour son collègue qui lui avait donné procuration – oups ! (Au passage, on ne s'étendra pas sur le niveau du gugusse, capable de se planter lors d'un vote aussi grave et porteur d'aussi lourdes conséquences...). Et au groupe Front de gauche, à propos, qu'est-ce qu'ils ont fait pendant ce temps-là ? Et bé ! ils ont joué aux faux-culs ; ils se sont abstenus.

           Après la guerre d'Algérie, il a fallu attendre 20 ans et la guerre du Golfe de 1991 pour voir les va-t-en-guerre reprendre du service. C'était déjà sous une présidence socialiste, celle du vénéré Mitterand. Quand Georges Bush père avait appelé à la rescousse pour établir un « nouvel ordre mondial », il nous avait alors affirmé que le devoir de la nation France était de jouer la solidarité avec le grand empire étasunien. On peut toutefois douter que s'il n'y avait pas eu de pétrole au Koweït, cette coalition de démocraties se serait autant intéressée à une telle région désertique...

            Et ça n'a pas changé depuis, bien au contraire. Dans toute l'histoire de la V° République, aucun président n'a mené autant de conflits que Hollande en trois ans de mandat. A défaut d'être un chef d’État estimé parce qu'estimable, il use sans complexe de son uniforme de chef de guerre. Nous ne sommes pas dupes. Au nom d'un prétendu devoir de solidarité nationale face à la barbarie de l'ennemi terroriste, il mène en réalité une honteuse opération de com' politicienne intérieure. C'est malheureusement bien sous un gouvernement socialiste que nous assistons au retour de la peine de mort, mais cette fois-ci à grande échelle et sur le dos de populations civiles innocentes étrangères. Non ! Arrêtez l'indécence de nous parler de frappes tellement ciblées qu'elles en sont « chirurgicales » … ou qui, au pire, n'occasionnant que quelques dégâts dits « collatéraux » donc sous-entendus insignifiants !
 
           Mais c'est aussi de l'inconséquence totale. Pour les mêmes raisons que Georges Bush père et fils, Hollande prépare activement son entrée dans l'Histoire. C'est pourtant bien à partir de la même connerie de logique de guerre, celle de l'échec patent de la dernière guerre du Golfe contre l'Irak, que Daech a émergé. La plupart des analystes s'accordent maintenant sur ce point, mais on les entend malheureusement un peu tard. Sauf Hollande et ses pareils qui sont sourds. Nous sommes d'ailleurs quelques-uns à imaginer que si les socialistes avaient été au pouvoir en 2003, ils n'auraient pas eu la grandeur d'attitude de Chirac et De Villepin. L'histoire ne servant pas de leçon, et comme on doit être les meilleurs, on va donc refaire la même erreur que les États-Unis, mais à partir de la Syrie. Sauf que cette fois-ci, ce n'est pas à un gouvernement ciblé et défini auquel Hollande s'attaque en notre nom, mais c'est à une forme de pensée, à un phénomène - complexe, global et mondialisé. Bon courage ! Personne ne peut croire que l'islamisme radical et le terrorisme seront éradiqués par des ardeurs guerrières, fusse au prix de milliers de tonnes de bombes. Bien au contraire, cela ne pourra qu'alimenter mondialement un terreau de rancœurs aux conséquences non-maîtrisables. Où sera-t-il Hollande quand on nous expliquera qu'il aurait fallu y réfléchir à deux fois, ne pas agir sur le moment de l'émotion en fonçant ainsi dans le tas ?

           Enfin, c'est globalement l'ensemble de tous les cadres qui accompagnent les événements actuels qui est insupportable. Je n'accepte plus les appels culpabilisants au patriotisme, l'appropriation des victimes, de la douleur de leurs proches, de la peine et de la solidarité de tout un chacun, la propagande, l'évidente absence de tout esprit critique des médias, notamment audiovisuels et de la majorité de la presse écrite, de leurs envoyés spéciaux, de leurs experts, les lois sur le renseignement, les forces de polices, les mesures d'exception, les injustices, le lit fait aux idées fascisantes, …

           Alors, quand j'entends qu'en plus ce même gouvernement a le culot de demander de mettre un drapeau bleu-blanc-rouge à la fenêtre, c'est clairement non ! Ce sera sans moi.
Dominique Boutonnet

Partager ce billet Partage

CafDv

Author: CafDv

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

WhatsApp Image 2019-01-15 at 21.49.26.jpeg

Ah ? Alors, j'ai dû me prendre une porte ...

🎥 En déplacement à Carcassonne (Aude), Christophe #Castaner estime qu'«aucun policier n'a attaqué...

Lire la suite