Retour sur le jugement du tribunal concernant le PV d'Anne-Lise

injustice_all_ws1017598821.jpgAnne-Lise, comme tout Gilet jaune identifié, a donc vu son amende confirmée par la juge ce 4 juillet.
C'était couru d'avance. Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Mais bon ! Un jour, peut-être, ceux qui arment le bras de la justice sauront être justes.

Une quarantaine de personnes sont venues soutenir Anne-Lise. L'occasion de montrer que la solidarité est toujours au rendez-vous. Merci encore une fois à ceux qui, bien que non GJ, sont venus pour dénoncer cette répression.

Ci-dessous, le texte de son argumentaire qu'elle a, malgré que ça ne serve à rien, été autorisée à lire lors de l'audience.

"J’ai contesté cette amende car j’ai estimé ne pas être garée sur un trottoir et que ce stationnement n’était pas gênant.

J’étais sur un bas-côté, à 2m50 de la route. De plus, ce jour là, un véhicule était garé à côté de moi.

Le stationnement de mon véhicule à 68m du rond-point, ne gênait en aucun cas la visibilité des voitures venant de Miramont de Comminges, pour la direction de Saint-Gaudens.

Depuis l’obtention de mon permis, j’ai toujours payé les rares amendes reçues, lorsque j’étais en infraction. Il me semble normal d’être verbalisé pour une infraction.

Ce jour-là, nous étions 16 à être verbalisé. 3 étaient de mon côté, les autres étaient côté trottoir.

Si j’avais été de l’autre côté, effectivement comme les autres camarades gilets jaunes, j’aurai payé cette amende car effectivement le stationnement pouvait être gênant, voire dangereux.

Un panneau interdisant le stationnement n’étant pas présent, j’ai jugé légitime de contester cette amende.

Pour terminer, je rajouterai que là où j’étais stationnée, des voitures sont régulièrement stationnées à ce même endroit. Avant et après la période GJ, il n’y a pas eu de verbalisation.

Les agents de police ont effectivement prévenu de verbalisation imminente concernant le stationnement sur trottoir.

Ce jour du 2 février, toutes les personnes ont été verbalisées car elles étaient GJ. J’entends et comprends la répression faite aux GJ, les agents de police sont dans leur droit de verbaliser. Cependant, il n’y a pas eu de différenciation entre les personnes dont le stationnement était gênant et ceux dont le stationnement n’était pas gênant.

Ce jour-là, à cet emplacement, je n’ai pas jugé gêner la circulation voiture et piétions."
S7300359 masqué.jpg

Partager ce billet Partage

CafDv

Author: CafDv

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

arton16776-19055.jpg

"Pour Adama et les victimes de violences policières, les Gilets Jaunes ont marché avec nous"

3 ans après la mort d'Adama Traoré, Gilets Jaunes et quartiers populaires convergent pour exiger...

Lire la suite