Romstorie : Ni drapeau, ni dicklo*, ni micro pour évoquer la mémoire des Roms assassinés à Auschwitz

|  Par Jacques DEBOT

Le débat qui agite en ce moment les réseaux sociaux, l’absence des Roms/Tsiganes aux commémorations officielles de la libération  du camp d’Auschwitz, n’a eu que peu d’écho dans la presse.

Nous savons que cette grande commémoration décennale du 27 janvier sera la dernière. Les survivants ont tous plus de 80 ans et dans dix ans, même les plus jeunes d’entre eux seront très âgés. C’était l’occasion pour les Tsiganes d’être appelés à témoigner, c’était l’ultime occasion et c’est une occasion manquée.

Cela nous amène à réfléchir à notre représentation, notre visibilité, notre tristesse aussi dans ces circonstances où, par les effets d’un cérémonial sur lequel nous n’avons pas prise, aucun des rares survivants roms ne fut invité par devant une assistance attentive et chaleureuse à dire à ses compagnons de détresse et de captivité, à leurs familles, au monde, une parole amie qui console et réconforte.

Ce n’est pas faute d’avoir demandé un temps de parole, qui nous a été refusé. Nous avons été invités à ne pas entrer dans un processus de concurrence mémorielle, de conflit des mémoires, etc. J’ai choisi de dépasser volontairement cet argument pour l’heure, tant le matériau historique de la mémoire tsigane est encore trop épars, difficile d’accès, ou mal valorisé. Les « armes » seraient trop inégales pour entrer sérieusement en concurrence. Pourtant, si le récit de la tragédie reste incomplet, la tragédie elle-même tient une place immense dans la conscience collective des Tsiganes.

J’ai reçu quelques messages au cours de ces derniers jours, me demandant de mettre en avant les Roms, de ne pas laisser toute la place aux Juifs. Ceux qui m’ont écrit ces recommandations ne sont ni Roms, ni Juifs, mais assez ouvertement antisémites et je comprends difficilement la sollicitude des antisémites envers les Roms.

Je leur réponds ici qu’ils auraient dû s’adresser à la Présidence polonaise, laquelle devait avoir mieux que moi un droit de regard sur le protocole des cérémonies. Je suis intéressé de participer à une meilleure connaissance de l’histoire tsigane qui ne peut rien enlever à l’histoire juive, ni à l’histoire de l’humanité en général.

(Lire la suite sur le site de Médiapart)

Partager ce billet Partage

CafDv

Author: CafDv

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

WhatsApp Image 2019-01-15 at 21.49.26.jpeg

Ah ? Alors, j'ai dû me prendre une porte ...

🎥 En déplacement à Carcassonne (Aude), Christophe #Castaner estime qu'«aucun policier n'a attaqué...

Lire la suite