Altern-Presse : "Emmerdez tous ceux qui vous emmerdent !"

"Notre Combat" dans Le Monde diplomatique
Le Monde Diplomatique
est toujours en devanture de La Terrasse, aussi, piqure de rappel de lecture à l'occasion de la sortie du numéro d'octobre où S. Halimi dresse un panorama de la presse papier et de l'avenir de son propre journal dans cet article : "Notre combat".


Ecouter l'équipe du Diplo en visite à "Là-bas s'y j'y suis"
Mermet avait invité toute l'équipe du Monde Diplo sur Inter le 7 octobre autour de leur dernier numéro en kiosque. Si vous n'êtes pas les heureux abonnés du podcast de "là-bas si j'y suis" sur votre iTunes, vous pourrez quand même lire une petite présentation de l'émission dans "La valise diplomatique" du Diploblog avec en prime le podcast à télécharger. Vraiment !

Lire S. Halimi dans L'homme  moderne et préfacier de Nizan, l'homme en colère.
Le magazine de l'homme  moderne,
mag politico-critique, associé à la blogsphère alternative et hébergeant notamment les Ed° Raison d'agir, les pages de Pierre Carle, les textes de Bourdieu, Plan B, est installé désormais en Terrasse sur blogs-ID.
Ne perdons pas notre fil, dans l'homme moderne iI faudra re-découvir une préface de Serge Halimi à l'ouvrage "Les chiens de garde" de Nizan (6 pages revigorantes). Le journaliste a le mérite de replacer en contexte (1932), les écrits révoltés de Nizan et ses colères contre les chiens que fustige son essai, rapprochant les situations d'alors avec celles de notre époque (Halimi parle en 98 mais sa préface est inoxydable elle aussi): les compromissions, bassesses, carrièrisme, vacuité de la pensée n'ont pas d'âge. A croire que le personnel politico-médiatico- -intello-TVsuppo d'autrefois est auto-reproductible comme les pucerons !

Extraits de la préface :  "Une guerre qu'on panthéonise, la crise qui gronde, des colonies qu'on pressure, les vieillards qui gouvernent, une université qui s'anémie, la gauche qui fait honte : voilà à quoi ressemble la France de Nizan en 1932" résume le journaliste.
./. "Renverser l'irréversible" écrit Nizan, "Ou, dit Halimi, si l'on préfère, refuser de "voiler les misères de l'époque, le vide spirituel des hommes, la division fondamentale de leur conscience, et cette séparation chaque jour plus angoissante entre leurs pouvoirs et la limite réelle de leur accomplissement." ./.
"Ah ! la "violence verbale", le "pamphlet", le "brûlot" : nous a-t-on assez seriné, que tout cela serait bien daté, dépassé, inutile; que la colère, la seule...[ce fut la leur, expiée] dans les articles des quotidiens qu'ils dirigent, dans les ouvrages des maisons d'édition qu'ils quadrillent, dans les émissions de télé qui les font voir."

Et Halimi de se demander : "Qu'eût-il écrit sur nos intellectuels sans oeuvres, ceux qui, jouant aux philosophes, se sont installés dans le champ médiatique pour monnayer le crédit consenti à l'intelligence, raffermir la puissance des puissants et éterniser l'ordre des choses ?"  et de terminer sur le constat de Nizan, adaptable aussi bien à la presse qu'à l'intelligentsia, qu'aux politiques: "Que font les penseurs de métier au milieu de ces ébranlements ? Ils gardent encore leur silence. ils n'avertissent pas. Ils ne dénoncent pas. ils ne sont pas transformés. ils ne sont pas retournés. L'écart entre leur pensée et l'univers en proie aux catastrophes grandit chaque semaine, chaque jour, et ils ne sont pas alertés. Et ils n'alertent pas."./.
 

Partager ce billet Partage

Verveine, serveuse en Terrasse,

Author: Verveine, serveuse en Terrasse,

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Les hulottes voient le jour à Juzet d'Izaut

Je ne sais pas si vous avez entendu parler de notre projet associatif ces derniers temps. Les...

Lire la suite